Contexte

À l’échelle mondiale, les voyages et le tourisme combinés occupent une place importante parmi les activités économiques humaines en termes d’empreinte environnementale. En termes d’émissions de gaz à effet de serre, ils représentent environ 8 % de l’équivalent total de dioxyde de carbone (Co2e) d’origine humaine. Si le transport est souvent pointé du doigt comme étant responsable de près de la moitié de ce chiffre, l’hébergement, notre segment, contribue à hauteur d’un pourcentage non négligeable de 6 % du total du secteur, soit près d’un demi pour cent de l’ensemble des émissions de carbone.

Le carbone est cependant loin d’être le seul type d’impact sur l’environnement causé par les voyages et le tourisme. La dégradation/perte de la biodiversité et les effets sur les communautés locales sont d’autres aspects à prendre en compte ; ils sont moins souvent mentionnés en raison de leur nature subjective et moins mesurable. Heureusement, l’évaluation des services écosystémiques est en train de devenir une science reconnue et est de plus en plus utilisée et adoptée par différents pays et métiers ; elle est appelée à devenir un outil essentiel de la gestion de la durabilité. Étant donné qu’elle tient compte de la contribution des écosystèmes aux moyens de subsistance de l’homme – y compris leurs valeurs spirituelles et de bien-être – les effets sur les communautés locales sont assez bien reflétés dans l’évaluation de l’empreinte environnementale d’une activité telle que le tourisme.

Parce que nous sommes convaincus que le tourisme est aussi un filon bénéfique direct pour les petits États insulaires isolés comme l’Ile Maurice, tant sur le plan économique que sociétal, nous restons attachés à notre activité mais pensons qu’aussi petite que soit notre micro-entreprise, il est de la plus haute importance qu’en tant que parties prenantes de l’industrie touristique, nous contribuions à sa durabilité en réduisant au mieux ses impacts négatifs.

L’élaboration d’une politique et son application permettent de fixer des objectifs, des cibles, des résultats et des méthodes de réalisation. BookMauritius Villas fait partie du programme standard Blue Oasis, une initiative de la Tourism Authority of Mauritius, conformément aux normes du Global Sustainable Tourism Council (GSTC).

Portée

En raison de la petite taille de notre activité (travail à domicile, peu d’achats et pas de déplacements), toutes nos actions visant à réduire l’empreinte carbone et l’impact sur la biodiversité sont orientées vers nos partenaires et fournisseurs, principalement les propriétaires/gestionnaires des locations de villas et autres logements de vacances que nous proposons, et dans une moindre mesure, nos hôtes. D’autre part, la plupart des actions visant à améliorer l’implication des communautés locales sont principalement de notre propre initiative.

Politique

BookMauritius Villas adoptera et encouragera les pratiques de durabilité chaque fois que cela sera possible en pratique :
a. La sensibilisation des propriétaires/gestionnaires d’hébergement à l’importance et à la contribution de l’environnement naturel au succès de notre/leur entreprise.
b. Par le biais de campagnes d’information, fournir des éléments sur la vulnérabilité et la sensibilité d’un environnement côtier et les impacts possibles que l’activité touristique – l’hébergement en particulier – peut avoir sur eux.
c. Sensibilisation des propriétaires/gestionnaires quant à l’importance des services écosystémiques dans la préservation de l’environnement dans son ensemble, y compris leur contribution aux moyens de subsistance des communautés locales, qui constituent des améliorations directes et indirectes de la destination touristique.
d. Inviter les propriétaires/gestionnaires à revoir les restrictions d’accès (lorsqu’applicable) aux plages en mettant en avant le concept de capital naturel commun que représentent les régions côtières et les paysages pittoresques.
e. Encourager les bonnes pratiques en matière de couverture des sols, de végétation, d’infrastructures dures et de construction afin de :
– réduire / ralentir ou, si possible, inverser le processus d’érosion des plages,
– réduire au mieux les impacts des ruissellements et des eaux grises,
– encourager l’adhésion à un service de tri et de collecte des déchets triés – service non proposé par l’État, –
– éviter la perte d’identité tant au niveau de l’architecture que du cadre et des jardins,
– améliorer l’habitat naturel des espèces endémiques grâce à une végétation et un jardinage réfléchis,
– réduire la dépendance à l’égard de la climatisation grâce à une meilleure ventilation naturelle,
– réduire la pollution lumineuse et la consommation d’énergie par un éclairage de jardin réfléchi et l’utilisation d’interrupteurs à minuterie.
f. Calculer les émissions d’équivalent dioxyde de carbone (Co2e) de portée 1 et de portée 2 et encourager les hôtes et les propriétaires à :
– réduire la consommation d’énergie par une série de mesures adaptées,
– compenser l’empreinte carbone des clients par un mécanisme de compensation reconnu qui apporte un soutien financier aux opérations locales de réduction ou d’évitement des émissions de carbone, telles que les fermes solaires.
g. Soutenir les initiatives des communautés locales et encourager les rencontres avec elles :
– proposer des visites et des excursions locales prises en charge par les villageois des environs ; les former si nécessaire.
– encourager l’achat de produits locaux en facilitant un réseau “de la ferme à la fourchette”.

Mise en œuvre et processus

Phase initiale (février à décembre 2021) :
– Identifier la portée, les moyens, les méthodes, les buts et les objectifs.
– Documenter chaque action et processus avant de les soumettre aux évaluateurs officiels des normes pour examen / approbation / certification.
– Évaluation de la base de référence.
– Identifier les acteurs secondaires participants et mettre en place des procédures.
– Réalisation d’une campagne de sensibilisation à l’intention des propriétaires et des gérants de villas.

Phase de test (octobre à décembre 2021) :
– Test des méthodes d’évaluation et de collecte des évaluations. Rectification des problèmes majeurs avant la soumission de la documentation finale pour la certification.

Période de mise en application (janvier 2022 à décembre 2025).
La certification est valable pour une période de 3 ans, avec des contrôles et des évaluations périodiques qui peuvent être trimestriels, semestriels ou annuels. Les opérations de compensation du CO2, par exemple, exigent un minimum, elles peuvent se faire sur des périodes de 6 mois, alors que la réduction de la consommation ne peut être comparée que sur une base annuelle pour compenser les fluctuations saisonnières. D’autres facteurs, comme les mesures anti-érosion, nécessitent des délais plus longs.

Toutes les villas seront évaluées en fonction de leur qualité et de leur empreinte écologique, par nous-mêmes et par nos clients, ce qui nous permettra d’affiner notre processus d’évaluation au fil du temps pour qu’il corresponde à la satisfaction et à la perception des clients. La satisfaction de la clientèle et ses évaluations des actions de durabilité permettront une évaluation sous-jacente et continue de l’ensemble des actions.

Écotourisme